Contexte de la transplantation rénale en 2014

  • pénurie d’organe, durée d’attente
  • augmentation de l’âge des donneurs
  • complications de l ’immunosuppression non spécifique
  • rejet chronique non maîtrisé et durée de vie du greffon stable

Comment arrive t-on à la nécessité d’une greffe ?

3 rôles essentiels

  • Il a un rôle de filtre : il élimine les déchets (urée, créatinine, potassium…) transportés par le sang et les évacuent dans l’urine.
  • Il maintient constante la quantité d’eau et de sels minéraux de l’organisme, en ajustant leur élimination.
  • Il produit aussi des hormones et des vitamines indispensables à certaines fonctions comme la fabrication de globules rouges par la moelle osseuse, la régulation de la pression artérielle et le maintien de la qualité des os.

Qu’est-ce que l’insuffisance rénale chronique ?

L’insuffisance rénale est la conséquence de l’évolution des maladies qui détruisent les reins. Ils n’assurent plus leur fonction d’épuration et l’organisme est alors petit à petit empoisonné par les déchets qui ne sont plus éliminés.
L’insuffisance rénale chronique est la conséquence de cette perte de fonction progressive avec l’apparition de lésions* définitives présentes dans les reins. Dans bien des cas, elle progresse graduellement, pendant plusieurs années.
L’insuffisance rénale terminale est le stade ultime de l’insuffisance rénale chronique. La perte de la fonction rénale est telle que la vie de la personne est en danger à court terme. Aujourd’hui, ce n’est plus une maladie mortelle grâce aux différents traitements disponibles qui permettent de remplacer le fonctionnement des reins : c’est pourquoi on les appelle
« traitements de suppléance ».

Comment soigne-t-on l’insuffisance rénale terminale ?

Par la dialyse

Il existe deux techniques de dialyse :

  1. l’hémodialyse ou rein artificiel. Le sang est dérivé vers une membrane artificielle. Cette technique nécessite la mise en place d’un abord vasculaire*. Les séances durent en moyenne 4 heures et se renouvellent en général 3 fois par semaine. La durée et la fréquence des séances sont adaptées à chaque patient.
  2. la dialyse péritonéale se déroule en général à domicile. Cette technique utilise les capacités de filtration du péritoine (membrane qui enveloppe les différents organes de la cavité abdominale et le tube digestif). Pour cela, on ajoute et on soustrait de l’abdomen un liquide de dialyse, par l’intermédiaire d’un petit tuyau, le cathéter de dialyse, que l’on a placé par voie chirurgicale dans l’abdomen. Ces échanges sont effectués automatiquement, toutes les nuits, avec une machine. Il est également possible de faire manuellement des échanges 3 à 5 fois par jour à l’aide de poches.

La dialyse est un traitement de suppléance qui n’assure qu’incomplètement et par intermittence le remplacement de la fonction rénale. De plus, elle est associée à d’importantes contraintes, notamment celles de se soumettre aux séances et à un régime alimentaire strict (limité notamment en apports d’eau, de sel, …).

Par la greffe…

Transplantation3

… à partir d’un donneur vivant ou décédé, consulter le document de l’ABM 2013_brochure_insuffisance_renale_vdef

Des règles d’attribution à respecter.
Les greffons sont rares. Pour ces raisons, lorsqu’un organe est prélevé, il est attribué selon des règles écrites homologuées par le ministre chargé de la Santé, publiées au Journal officiel de la République française et mises en œuvre par l’Agence de la bio-médecine.
L’objectif de ces règles est d’assurer une répartition la plus équitable possible et de rechercher le meilleur receveur. Elles tiennent compte des contraintes techniques liées au prélèvement, au transport et au maintien de la viabilité du greffon.
Il y a davantage de malades en attente de greffes.
Pourquoi un traitement post-greffe ?
Après la greffe, il est nécessaire de suivre un traitement immunosuppresseur qui diminue les défenses immunitaires et prévient ainsi la réaction de rejet du greffon. Cette réaction, si elle n’est pas prévenue, conduit à la perte du greffon, voire au décès du receveur.
Le traitement post-greffe est aujourd’hui mieux maîtrisé.

  • Centaure TV


  • Les commentaires sont fermés.