Leur exceptionnelle oxygénation va profiter aux personnes ayant besoin d’une transplantation d’organe. Un succès pour l’entreprise morlaisienne de biotechnologie.

ver marin

« Ce qui m’anime, c’est de savoir qu’on est déjà dans des blocs opératoires et qu’on sauve des vies. » Tout sourire, Franck Zal, fondateur et dirigeant de la société Hemarina, a de quoi être fier. Un comité de surveillance, et un autre scientifique viennent de valider les dix premières transplantations d’organe réalisées à laide de son invention. Prochaine étape ? Tester le produit Hemolife avec 50 nouveaux transplantés dans toute la France, avant une commercialisation fin 2017.

Un ver marin miraculeux

« Tout vient d’un ver, explique le scientifique. Celui qui des tortillons de sables partout sur les plages, c’est lui le sauveur. » Son nom latin, Arenicola marina.

Il y a quinze ans, Franck Zal, alors chercheur au CNRS, étudie leur respiration entre deux marées. Il découvre que lanimal présente des caractéristiques « proches de l’hémoglobine humaine, et notamment, le fait d’être un transporteur d’oxygène universel. »

La suite est affaire de persévérance. Franck Zal fonde Hemarina en 2007. Le « Breton du XIVe arrondissement de Paris » sinstalle à Morlaix, tout près de ces arénicoles quil ramasse encore avec un seau et une pelle sur les plages de la région.

Donner du temps au chirurgien

Dix ans plus tard, les vers marins dHemarina sont fécondés in vitro sur lîle de Noirmoutier et grandissent dans des piscines de 2000 m2. La ferme marine produit plus de 200 tonnes de vers à lannée.

Puis, les 40 employés dHemarina extraient la précieuse molécule utilisée pour conserver en bonne santé un organe avant une transplantation.

« L’idée, c’est de donner du temps au chirurgien, explique Franck Zal. Aujourd’hui, on dispose de six heures pour réaliser une transplantation d’organe chez un malade. Avec notre invention, on peut conserver un rein en parfait état pendant 12 à 24 heures. On vise même les sept jours. »

Aujourdhui, en France, 21 000 personnes sont sur liste dattente pour recevoir une greffe. 400 d’entre eux décèdent chaque année sans avoir reçu dorgane.

« Quand on sait que la moitié des organes disponibles sont perdus à cause du temps qui manque pour la transplantation ou à cause d’un rejet du receveur, on se dit que les possibilités de sauver des vies sont immenses. » Franck Zal espère qu’avec son invention, un plus grand nombre de transplantations sera couronné de succès.

 

Source: http://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-hemarina-sauve-des-vies-grace-un-ver-marin-4398929

Catégorie(s): A la une
  • Centaure TV


  • Les commentaires sont fermés.