15935-rein-anatomie

Ch@t du 26 mars 2015 de 15h à 16h : le Pr Christophe Legendre, néphrologue à l’hôpital Necker a répondu à vos questions.

En France, deux à trois millions de personnes sont victimes d’insuffisance rénale chronique. Parmi eux, 80.000 sont en insuffisance terminale et nécessitent une dialyse, voire une greffe.

Chaque rein est formé de plus d’un million de néphrons. Le néphron est une sorte de centrale d’épuration qui va filtrer le sang. Il élimine l’eau, les minéraux en excès et les déchets tels que l’urée. L’urine produite circule alors dans les uretères, puis s’accumule dans la vessie avant d’être évacuée lors de la miction.

Les reins maintiennent donc l’équilibre hydrique et minéral du corps et purifie le sang. Les reins produisent aussi des hormones qui vont agir sur la pression sanguine et sur la synthèse des globules rouges.

Une défaillance des reins a donc un impact sur tout le corps. Quand la filtration ne se fait plus correctement, les déchets s’accumulent dans le sang, le corps s’empoisonne progressivement. En cas d’insuffisance rénale chronique, un certain nombre de néphrons sont détruits de manière irréversible. La proportion de néphrons restants, supposés intacts, s’adapte pour maintenir au mieux l’équilibre.

C’est la raison pour laquelle les signes de l’insuffisance rénale n’apparaissent que tardivement. L’évolution est très sournoise et silencieuse. Plusieurs malades ne prennent connaissance de leur problème de santé que lorsque leurs reins ne fonctionnent plus qu’à 25% de leur capacité normale. L’insuffisance rénale devient terminale quand les néphrons sont détruits à 90%. Une dialyse, voire une transplantation d’un nouveau rein, est alors nécessaire.

Catégorie(s): A la une, Grand public
  • Centaure TV


  • Les commentaires sont fermés.