antibiotiquesDans une analyse sur des milliers de patients, des chercheurs ont montré qu’une prise fréquente d’antibiotiques était associée à un risque accru des deux types de diabète.

Les antibiotiques peuvent être associés à des effets métaboliques imprévisibles, dévoile une étude publiée dans l’European Journal of Endocrinology. L’association avec un risque accru de diabète a été particulièrement constatée par les chercheurs. 
Pour parvenir à cette conclusion, ces scientifiques des Universités de Pennsylvanie et de Tel-Aviv ont examiné les données de plus de 208 002 patients diabétiques – de type 1 et de type 2 – au moins un an avant leur diagnostic, comparé à 816 000 patients non diabétiques du même âge et du même sexe (en moyenne de 60 ans).

7 antibiotiques courants


Les données montrent que plus on a recours aux antibiotiques, plus le risque des diabète des deux types augmente. Cela vaut pour 7 antibiotiques courants documentés. 2 à 5 prescriptions des antibiotiques suivants sont associées à un risque accru de diabète, de 8 % du risque pour la pénicilline, de 11 % du pour les céphalosporines, de 11 % du risque pour les macrolides, et de 15 % du risque pour les quinolones.

5 prescriptions ou plus des antibiotiques suivants sont associées à un risque accru de diabète, de 23 % pour la pénicilline, et de 37 % pour les quinolones.
Au final, les participants s’étant vus prescrire 5 fois ou plus des antibiotiques dans la période des 5 ans précédant le diagnostic, ont un risque 3 fois plus élevé de diabète de type 2, comparé à ceux qui n’ont eu aucune prescription d’antibiotiques.


Les antibiotiques modifient le microbiote

En commentaires, les auteurs de l’étude rappellent que le diabète est connu pour augmenter le risque d’infections, en particulier cutanées et urinaires. Le diabète pourrait-il donc être la cause de prescriptions multiples d’antibiotiques ?
Pas pour les auteurs qui penchent plutôt pour l’hypothèse selon laquelle il y aurait un risque plus élevé de diabète de type 2 chez les personnes ayant des expositions répétées à la pénicilline, aux céphalosporines, macrolides et quinolones… 

Les antibiotiques contribuent au diabète en modifiant le microbiote intestinal, expliquent les chercheurs. « Au final, ces résultats incitent à une prescription raisonnable des antibiotiques, c’est-à-dire seulement lorsqu’ils sont strictement nécessaires », concluent-ils.

Catégorie(s): A la une, Grand public
  • Centaure TV


  • Les commentaires sont fermés.